Médias: L’homme qui invente notre futur, Elon Musk rachète Twitter pour la liberté d’expression et critique publiquement ses employés.

Un coup médiatique mal engagé pour Elon MUSK. L’homme le plus riche au monde, qui vient de passer un accord pour racheter Twitter, vient de critiquer et de se moquer publiquement de cadres de l’entreprise californienne. Contrairement à Jeff BEZOS, le patron milliardaire d’Amazon, qui avait racheté le quotidien US Washington Post dans les années 2010 pour assurer son « indépendance », Elon Musk ne semble pas motiver son achat pour les mêmes vertus. Analyse de Sébastian Seibt pour France24 et présentation du livre « Elon Musk, L’homme qui invente notre futur » par Luc Mary (Edition de L’Archipel).

Elon Musk, l’homme le plus riche au monde, a payé plus de 44 milliard$ soit 41 milliards d’euros pour s’offrir Twitter. Le nouveau patron de Twitter, Elon Musk, est souvent décrit comme un libertarien pour qui la liberté d’expression est le principe le plus important. Mais, en réalité, il apparaît comme un entrepreneur très pragmatique qui peut mettre ce principe de côté dès qu’il s’agit de protéger ses intérêts économiques.

Il est venu, il a vu, il s’est installé, il a racheté. Elon Musk, le patron multimilliardaire de Tesla et SpaceX, vient d’ajouter une ligne à son CV : propriétaire de Twitter. Le célèbre réseau social a accepté, lundi 25 avril, l’offre d’environ 44 milliards de dollars de l’homme le plus riche au monde après avoir joué au chat et à la souris pendant deux semaines.

Début avril, lorsqu’Elon Musk avait rendu publique son envie de racheter Twitter, le conseil d’administration avait fait la moue. Pourrait-il réellement mobiliser plus de 40 milliards de dollars en liquide (la plupart de la fortune d’Elon Musk est en actions Tesla ou SpaceX) ? Fallait-il remettre les clefs du réseau à un entrepreneur fantasque qui, au gré de ses envies « twitteriennes », se moque du physique de Bill Gates, accuse quelqu’un sans la moindre preuve d’être un pédophile ou encore flirte avec l’illégalité en tweetant des informations financières sensibles sur l’une de ses entreprises.

« Absolutiste de la liberté d’expression »

Elon Musk lui-même avait laissé entendre qu’il ne parviendrait peut-être pas à réunir les fonds lors d’un discours à l’occasion d’une conférence TED. Finalement, il a non seulement levé les 44 milliards de dollars nécessaires, mais Elon Musk a aussi réussi à convaincre les actionnaires que son plan était le bon.

Tout est bien qui finit bien ? Pas si vite. Pour beaucoup de commentateurs, ce n’est que le début de l’histoire. Une histoire qui, par ailleurs, risque de virer au cauchemar à en croire la plupart des observateurs « libéraux » (autrement dit à gauche de l’échiquier politique américain).

Tout viendrait de la conception qu’Elon Musk se fait de la liberté d’expression. Il se décrit lui-même comme un absolutiste de ce principe. Le premier « gazouillis » du milliardaire en tant que nouveau propriétaire de Twitter consistait d’ailleurs à rappeler l’importance à ses yeux de la « liberté d’expression qui est le fondement de toute démocratie en bonne santé ».

Pour les détracteurs du patron de Tesla, cet « absolutisme » autoproclamé est précisément ce qui rend ce rachat « dangereux pour notre démocratie », a réagit Elizabeth Warren, une sénatrice démocrate qui s’est déjà fait rabrouer sur Twitter par Elon Musk, qui l’avait comparé à une « mère sévère qui crie après ses enfants sans raison » pour avoir osé réclamer une fiscalité plus lourde pour les milliardaires.

Concrètement, Elizabeth Warren et d’autres craignent qu’Elon Musk mette à terme à tous les efforts entrepris par Twitter pour modérer ou censurer les propos haineux ou les « fake news ».

Le retour de Donald Trump ?

Des personnalités et élus conservateurs dont les tweets ont pu être effacés par les équipes de modération ou qui ont même été bannis de la plateforme, se sont d’ailleurs réjouis de cette arrivée fracassante. « Elon Musk est probablement notre dernier espoir », a affirmé Tucker Carlson, le commentateur star de la chaîne ultra-conservatrice Fox News, qui s’est souvent plaint que Twitter serait aux mains de « libéraux » qui veulent censurer les républicains.

Marjorie Taylor Greene, une élue républicaine conspirationniste dont le compte personnel a été fermé définitivement début janvier 2022 après qu’elle a soutenu des théories du complot sur le Covid-19, a prédit qu’Elon Musk allait lui permettre de revenir sévir sur Twitter.

« Elon Musk va probablement aussi ramener Donald Trump sur Twitter », déplore Arwa Mahdawi, une journaliste du Guardian. L’ex-président américain avait, en effet, été banni en janvier 2021 pour des messages contestant les résultats de l’élection présidentielle qu’il avait perdu face à Joe Biden.

À l’époque, le patron de Tesla avait regretté la décision de Twitter arguant qu’il n’y avait pas de quoi se réjouir que « des groupes high tech s’improvisent arbitre de ce qu’on a le droit de dire ou non ». Donald Trump a reconnu, lundi, que c’était « un bon gars » qui arrivait à la tête de Twitter. Mais pour autant, il a affirmé préféré rester sur Truth Social, le concurrent à Twitter qu’il a créé et qui peine à décoller.

Libertarien à géométrie variable

En fait, la droite américaine considère Elon Musk comme l’un des leurs. Mais c’est faire un raccourci politique, comme le rappelle le New York Times. Le patron de Tesla est souvent décrit comme un libertarien, en référence à cette théorie politique qui prône un laissez-faire quasi absolu en matière d’économie et un rôle aussi minime que possible pour l’État.

De ce fait, Elon Musk apparait en phase avec une majorité de républicains américains qui vilipendent à longueur de temps l’État providence. Mais il sait aussi « profiter de millions d’aides de l’État quand il s’agit de choisir un État où implanter son usine Tesla », rappelle Robert Reich, l’ancien ministre du Travail sous Bill Clinton (1993 à 2001). Elon Musk avait quitté la Californie pour profiter de subventions promises par le Texas.

Le multimilliardaire a aussi soutenu financièrement les campagnes d’Hillary Clinton et Barack Obama. Autant dire qu’il est libertarien à géométrie variable. « Inclassable », préfère dire le New York Times.

Il en va d’ailleurs de même pour la liberté d’expression. Elon Musk a beau clamer son amour pour ce grand principe, « il peut tout mettre en œuvre pour que d’autres ne l’exercent pas », écrit dans le Washington Post Ellen K. Pao, une investisseuse américaine qui a été la PDG de Reddit, un site communautaire connu pour sa liberté de ton.

Elon Musk a, en effet, tout fait pour faire censurer un jeune internaute qui publiait sur son compte Twitter les déplacements du jet privé du PDG de Tesla. Robert Reich, l’ancien ministre de Bill Clinton, a été bloqué par cet apôtre autoproclamé de la liberté d’expression parce qu’il avait « critiqué sa manière de traiter les ouvriers dans les usines Tesla », raconte-t-il au Guardian.

Surtout, Elon Musk est accusé d’avoir transformé la vie de Martin Tripp, un ancien employé de Tesla, en enfer parce que ce dernier avait parlé à un journaliste en 2019. Le téléphone de Martin Tripp avait été mis sur écoute, il avait été suivi par des détectives privés, a été assigné en justice par Tesla et « une campagne pour ternir sa réputation avait été organisée », raconte le site The Verge. Martin Tripp avait finalement décidé de s’installer en Hongrie « pour protéger sa famille », rappelle Nicole Perlroth, une journaliste du New York Times.

En fait, les détracteurs du patron de Tesla jugent que la liberté d’expression à « la sauce Musk » n’est rien d’autre que la liberté de « faire sa promotion et celle de ses produits », note le New York Times. « Il avait été très contrarié quand, en 2019, ses avocats avaient décidé de relire tous ses tweets avant qu’il ne soit envoyé afin d’éviter des problèmes avec la SEC (Security and exchange commission, le gendarme américain de la Bourse, NDLR) », rappelle le quotidien. « Qui maintenant va empêcher Elon Musk de tweeter ce qu’il veut puisqu’il détient la plateforme ? », s’interroge Robert Reich.

C’est cela que craignent en réalité les critiques de ce rachat : sous couvert de rendre la parole à ceux qui ont été censurés par Twitter, Elon Musk risque de privatiser le réseau social pour en faire un outil de com’ personnel.

Source: FRANCE 24
https://www.france24.com/fr/

LE LIVRE :
Elon Musk – L’homme qui invente notre futur – par Luc Mary, édition de L’Archipel

Qui est véritablement Elon Musk ? Autodidacte fantasque, nouvelle étoile de la Silicon Valley, inventeur fou (voiture électrique, train en tube, etc.) Cette biographie décrypte le mythe Musk. L’incroyable saga du créateur de Tesla, Hyperloop et Space X Il veut coloniser Mars, généraliser la voiture électrique et bouleverser notre manière de produire et de consommer. Elon Musk, patron de SpaceX et de Tesla Motors, est devenu en quelques années une icône de l’innovation.

Ambitieux, visionnaire, génial, impitoyable avec ses employés, il incarne jusqu’à la caricature la mythologie de la Silicon Valley. Dès le milieu des années 1990, cet autodidacte né en 1971 est l’un des premiers entrepreneurs à mesurer l’impact d’Internet sur notre quotidien. Son credo est la science, il sait transformer une découverte scientifique en entreprise lucrative. Elon Musk croit à l’avenir de la voiture électrique, au train sous tube, à une fusée capable de relier les galaxies en quelques semaines.

D’aucuns le considèrent comme l’héritier de Steve Jobs. Etoile de la Silicon Valley, Musk sera assurément l’une des grandes personnalités des années 2020. Son ambition est de coloniser la planète Mars à brève échéance, pour en faire une seconde Terre. Luc Mary suit les traces d’Elon Musk depuis son enfance jusqu’aux récents succès des lanceurs Space X et à son fabuleux projet martien en passant par le développement de sa propre marque de voitures, Tesla, qui pèse près de 700 milliards de dollars en Bourse, se rapprochant de la valorisation de Facebook. Grâce aux témoignages de proches, il dévoile la personnalité d’un homme aux multiples frasques, aussi performant sur le plan technologique qu’il peut être impitoyable avec ses collaborateurs.

En vente en ligne chez Decitre:
https://www.decitre.fr/livres/elon-musk-9782809840940.html

ApprofonLire.fr

Découvrez l'appli ApprofonLire :

Installez l'appli ApprofonLire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.